« Des oreilles dans la nuit »

BIOGRAPHIE

LENA de FRAMOND

Depuis toujours le nez en l’air pour chercher les oiseaux, Léna poursuit sa passion dans des études de biologie. Les écouter, apprendre à les reconnaitre et le rêve de les comprendre l’amène vers la bioacoustique (l’étude des sons de la nature). Après une licence en écologie, elle part à Munich pour son master. Elle se rapproche de son rêve en travaillant au prestigieux institut Max-Planck d’Ornithologie pour son stage. Si les hasards de la science l’éloignent des oiseaux, ils lui ouvrent un univers sonore riche et bien plus mystérieux : celui des chauves-souris.
Après un été à la poursuite de ces petites créatures pour des interviews, elle vous propose une virée dans le monde de la nuit.

Léna fait partie de l’institut Max Planck d’Ornithologie, Groupe Acoustique et écologie fonctionnelle (étudiante MSc).

CONFERENCE

« Des oreilles dans la nuit »

Lors d’une de ces belles soirées d’été, près du lac, une petite ombre qui se découpe contre le ciel passe et repasse  toute vitesse. Une chauve-souris chasse les moustiques et les papillons de nuits.

Avec plus de 1400 espèces, toutes nocturnes, le groupe des chauves-souris – ou chiroptères – est l’un des groupes de mammifères les plus divers du monde. Mais comment font ces animaux, avec de si petits yeux, pour trouver leur chemin dans l’obscurité la plus totale ? Malgré leur réputation les chauves-souris n’ont pas de sixième sens, ni de pouvoir magique. Elles utilisent leurs cris ultrasoniques comme une lampe de poche, et leurs oreilles pour capter les échos renvoyés par les objets aux alentours : c’est l’écholocation.

L’écholocation ne permet pas d’obtenir une image aussi détaillée que la vision, mais elle permet, au contraire de cette dernière, une évaluation très précise des distances. Les chauves-souris ont donc une  perception du monde totalement différente de la nôtre, avec ses propres possibilités et ses limites. Elles ne sont pas les seules à naviguer au sonar : certains oiseaux, les baleines et les dauphins en sont aussi capables. Cependant, la diversité des signaux émis par les chauves-souris, associés chacun à une technique de chasse différente, est remarquable, ce qui en fait un système fascinant.

Bien que les humains ne puissent pas les entendre, les chauves-souris sont extrêmement bruyantes à cause de leur système de perception. En tant que prédateurs, ce bruit est un désavantage qui peut alerter les proies. L’écholocation a ainsi façonné les communautés d’insectes nocturnes, menant à l’apparition de papillons à oreilles, capables d’écouter les chauves-souris pour leur échapper.

Je vous propose une courte balade dans un monde parallèle où l’on voit avec ses oreilles. On y découvrira ses petits habitants et leur mode de vie et j’espère vous convaincre de la beauté de leurs chants.

Contenu :

  • Généralités sur les chauves-souris (classification, brève vue d’ensemble de la diversité des espèces et des modes de vie dans le monde et en Europe)
  • Principe de l’écholocation
  • Bases de physique des sons et de leur propagation (très simplifié – pas de panique)
  • Différents types de cris et leur utilisation
  • Un exemple d’interaction entre les papillons de nuits et les chauves-souris
  • Conclusion
Léna de Framond